Hiver à Sokcho, Elisa Shua Dusapin

A offrir à quelqu’un qui aime lire avec ses cinq sens

« Suintant l’hiver et le poisson, Sokcho attendait. »

L’héroïne de ce bref roman attend, elle aussi, dans cette ville figée par le froid et la frontière nord-coréenne toute proche. Elle attend un ailleurs, qui se matérialise sous la forme d’un dessinateur français venu faire des recherches à Sokcho. Le regard de cet étranger et ses visions dessinées lui révèlent une facette inconnue d’elle même: libérée par les possibilités de l’imagination et la force du trait, cette autre elle est tentatrice, affirmée, vivante comme elle n’aurait jamais osé l’être.
Hiver à Sokcho n’est pas une romance, mais le récit d’une recherche de soi à travers les yeux de l’autre et l’image qu’il nous renvoie de nous-même. L’image au sens propre dans ce premier ouvrage d’Elisa Shua Dusapin: celle que la plume trace nuit après nuit sur le papier.

Roman sensuel et contemplatif, Hiver à Sokcho sent l’algue, a le goût de l’encre et résonne du clapotis glacé de la mer. Une poétique du quotidien qui s’exprime pleinement dans un haïku final:

« cicatrice
entaille de pinceau
sur l’écaille d’un poisson »

 LB